Le blog « Prospecter et gagner des affaires » déménage sur www.axlane.fr


AXLANE Accélérateur de croissanceLe blog « Prospecter et gagner des affaires » déménage pour s’intégrer dans le site AXLANE sur www.axlane.fr.

Découvrez le nouveau site AXLANE et inscrivez-vous pour recevoir par e-mail tous nos nouveaux articles.

En plus du blog, ce nouveau site a pour objectif de vous aider à prospecter, gagner de nouvelles affaires, accélérer votre croissance, en un mot: VENDRE!

Ce nouveau site est à votre service et présente:

A bientôt sur www.axlane.fr !

Les tendances webdesign pour 2014


Suite à un notre article présentant les 3 premières étapes nécessaires à la réalisation d’un site attractif et vendeur, abordons à présent les tendances web à suivre de près pour l’année 2014.

Qu’est-ce que le web-design?

Le web-design comprend tout ce qui personnalise et rend visuellement attractif aux yeux d’un internaute votre site, et plus particulièrement les contenus qui le composent: l’architecture, la navigation, l’arborescence et le graphisme. Le web-design répond à différents objectifs:

– présenter une interface esthétique,

– améliorer l’expérience utilisateur (l’internaute vit une expérience, ressent des émotions grâce à des sentations visuelles et auditives),

faciliter l’utilisation du site et de ses éléments (menu, call-to-action…),

– accentuer la valeur ajoutée de l’entreprise, son professionnalisme et son expertise.

9 tendances web-design à suivre et/ou à mettre en oeuvre en 2014

  • Le responsive design: le design s’adapte à tous les formats d’écran. Avec l’utilisation croissante des téléphones mobiles dans un cadre professionnel, il convient de penser développement PC ET mobiles.

  • Un design épuré et des espaces blancs: toute personne souhaitant faire appel à vos services ou acquérir votre produit a besoin d’être rassurée. En effet, un site mal structuré et visuellement oppressant n’a que très peu de chances de rencontrer le succès espéré (sauf si cette tactique est résolument choisie, comme c’est le cas pour CDiscount).  Oubliez les couleurs flashy, mal agencées, l’accumulation de textes et les fonds de couleurs. Optez pour un design épuré, minimaliste et simple en privilégiant les grands espaces blancs qui mettront en valeur vos contenus.

  • Bannissez le Flash: Depuis quelques années, le flash n’a plus la côte. Et pour cause, le contenu flash de votre site ne peut pas être référencé. Dans l’attente de nouvelles technologies de rupture, favorisez les langages HTML5 et CSS3. Leurs principaux avantages sont la compatibilité sur les terminaux mobiles et un temps de chargement des pages optimisé.

  • Le flat design: Le flat design est réalisé grâce à des aplats de couleurs sobres et exclut toute utilisation d’effets superflus de type ombre portée ou brillance. Le flat design met en avant des contrastes de couleurs forts, des icones minimalistes et des contenus en blocs. Cette tendance permet de se concentrer sur l’essentiel et sur l’utilisateur. L’exemple le plus parlant est la dernière interface réalisée par Windows 8.

  • Les images grand format: Des éléments grand format permettent de créer un univers visuel autour de l’identité et du message de votre entreprise.

  • Le mélange des typographies: Le web se veut de moins en moins conventionnel. Avec les nouvelles technologies à disposition, nous ne sommes plus limités au polices standards (ex: Arial ou Lucida Sans). Vous pouvez oser des polices plus originales, sans tomber dans l’abus qui rendrait votre site illisible.

  • Les contenus de qualité (rédactionnels et vidéos): Le brand content est toujours de mise en 2014 (on ne va tout de même pas s’arrêter en si bon chemin!). Le contenu rédactionnel permettant de mettre en exergue votre savoir-faire et les valeurs de votre entreprise devra être accompagné de contenu vidéo. La vidéo est un bon support pour augmenter la fréquentation de votre site ainsi que la durée de visite. C’est un moyen de rendre votre message captivant et “humain”.

  • L’intégration des réseaux sociaux: Relayez vos contenus rédactionnels et vidéos sur les réseaux sociaux (ex: Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo) pour développer une communauté autour des concepts et valeurs de votre marque, pour augmenter votre notoriété et accroître la fidélité de vos prospects et clients.

  • L’usage de gros boutons: Des call-to-action bien visibles ne pourront que faciliter le déclenchement de l’action : prise de contact via un formulaire, abonnement à votre newsletter, appel téléphonique pour une prise de contact directe…

Le web-design dans la stratégie de l’entreprise

Le contenu est l’élément moteur de votre stratégie web. Sinon, aussi beau soit-il, votre site web n’est qu’une coquille vide. Le webdesign a aussi son rôle à jouer. Comment intégrer le web-design dans sa stratégie d’entreprise? Tout élément faisant partie intégrante d’une stratégie doit être extrêmement réfléchi et fonctionner en cohérence avec les autres points élaborés. Dans une logique de communication globale, votre site web devra respecter votre charte graphique ainsi que les style et ton éditoriaux retenus pour vos autres supports de communication. C’est très simple: la combinaison entre les contenus, la structure de vos pages, la navigation et les éléments graphiques permet au visiteur d’identifier immédiatement votre positionnement. En d’autres termes, le webdesign doit transmettre de manière efficace et pertinente votre message marketing.

Un web-design efficace ne peut qu’accentuer la lisibilité de l’identité de votre société, augmenter le trafic sur le site, provoquer une hausse du nombre de demandes entrantes et alimenter votre base de données.

Quelle importance accordez-vous au design de votre site? Les tendances 2014 vous inspirent-elles?

6 astuces pour passer les barrages secrétaires


Chasse d'affaires

Nous avons tous déjà été frustrés de ne pas pouvoir débiter notre argumentaire si bien réfléchi à tel ou tel Directeur parce que son assistant/assistante nous a bloqué en nous demandant “Quel est l’objet de votre appel?” avant de nous préciser que notre interlocuteur “n’est pas disponible pour le moment, le mieux est de lui envoyer un mail”, voire qu’il “ne prend pas les appels des fournisseurs, le mieux est d’envoyer une documentation par courrier”.

Heureusement, “il vous rappellera s’il juge cela opportun”.

Le barrage secrétaire n’en est un que si on imagine le ou la secrétaire comme faisant barrage entre le prospect et nous. L’erreur est de l’imaginer comme un élément étranger au processus commercial alors qu’il ou elle en fait partie intégrante.

Certes, les assistant(e)s de direction ne se prospectent pas comme leurs patrons, mais il faut savoir composer avec…

View original post 288 mots de plus

Gérer un bad buzz sur le web : Dos et Dont’s.


Qu’est ce qu’un bad buzz?

C’est une information négative générée par un individu ou un groupe d’individus à l’égard d’une marque ou d’une organisation. Cette nouvelle est propagée rapidement et en grand nombre via un bouche-à-oreille virtuel.

Gérer la crise et maîtriser son image de marque : DOS et DONT’S*

DO: Anticiper

Même si une crise revêt un aspect soudain, l’entreprise doit être capable de l’anticiper. Ce n’est pas lorsque la crise se déclare qu’il faut mettre en place les outils mais bien en amont pour gagner du temps et être capable de gérer les nouveaux comportements. Par exemple, créer une page Facebook en pleine crise n’est pas d’une grande utilité, car elle ne comporte aucun historique et n’est donc pas légitime. S’appuyer sur une communauté existante est un bon levier pour gérer une crise.

DO: Maintenir le dialogue

Le principe de la communication de crise sur les réseaux sociaux est d’attirer la conversation à soi en :
– permettant aux mécontents d’interpeller la marque directement au lieu de voir du contenu négatif se diffuser sur le web ;
– canalisant la discussion sur un espace propre à l’entreprise et en partageant sa version ;
– apportant des réponses rapides et directes sans intermédiaire ni déformation. Le simple fait d’engager le dialogue désamorce le conflit ;
– reconnaissant son erreur.

DO: User de l’humour pour apaiser les moeurs

User de l’humour pour apaiser un conflit génère un engagement favorable à la marque. Attention toutefois de ne pas abuser, il n’est pas adapté à certaines situations.

DO: Sensibiliser ses équipes à l’utilisation des outils du numérique

Un bad buzz peut être généré tant en externe qu’en interne. A l’heure de la digitalisation de l’entreprise, il est essentiel de former et faire monter en compétence ses équipes afin de les sensibiliser à l’usage du numérique. Qu’un message négatif ayant trait au fonctionnement et à la notoriété d’une entreprise soit rédigé et posté sur un réseau social sur un temps personnel ou non, les répercussions sont souvent sous-estimées par son auteur.

DO: Se taire

Parfois, il faut accepter que les critiques s’expriment, laisser passer la vague avant de donner une réponse apaisée et apaisante.

DON’T: Se taire!

Une fois les critiques exprimées, il peut être maladroit de ne pas montrer qu’elles ont été entendues. Tentez de régler le problème à l’amiable en évitant de rentrer dans une bataille d’arguments ou de justifications.

DON’T: Fuire !

L’entreprise doit démontrer une réelle envie d’écoute et de dialogue. Lors d’un « bad buzz », l’erreur à éviter est de ne pas répondre et de supprimer les commentaires négatifs ! L’internaute censuré trouvera toujours une plate-forme qui accueillera, hors de votre contrôle, ses récriminations qui auront pris de l’ampleur. Il faut jouer la transparence et montrer un intérêt pour le client.

Pour votre information, Facebook a publié un guide pour gérer une crise sur le réseau social, jettez-y un oeil !😉
https://www.facebook-studio.com/fbassets/media/753/FacebookSocialMediaCrisisGuidelines.pdf

* Traduction de "DOS AND DONT'S": les choses à faire et à ne pas faire.

Réussir sa start-up : 5 erreurs à éviter.


Start-upAXLANE travaille depuis 2008 auprès de sociétés technologiques.

La veille permanente sur la fonction commerciale et l’accumulation des rencontres et des expériences des consultants AXLANE ont permis d’identifier 5 erreurs à ne pas commettre quand il s’agit de commercialiser des innovations.


1. Ne pas connaître son type d’innovation.

Il existe deux types d’innovation : les innovations d’exploitation et les innovations d’exploration.

A chaque type d’innovation correspondent ses démarches commerciales. Bien souvent, les sociétés appliquent de mauvais plans d’actions marketing et commerciaux, non pas par manque de volonté ou de rigueur, mais par méconnaissance de leur typologie d’innovation.

En appliquant des modèles de développement ne correspondant pas à leur activité, les sociétés innovantes perdent de l’énergie, du temps et des ressources financières et, malheureusement, il est souvent trop tard quand elles s’en rendent compte.

2. Croire qu’une bonne idée est une condition suffisante au succès.

Certains porteurs de projet pensent que la « bonne idée » suffit à créer un succès. Si cela peut s’avérer vrai dans certains cas, bien souvent, cela ne suffit pas. Commercialiser une innovation nécessite du travail, de la rigueur et des méthodes. Si une bonne idée est donc nécessaire, elle n’est pas suffisante pour réussir un développement d’entreprise.

La mise en œuvre de l’idée est donc tout aussi importante que l’idée elle-même, notamment en matière de développement commercial.

Ainsi, ne pas être attentif à la fonction commerciale lors du développement d’une innovation aboutit bien (trop) souvent à l’échec.

3.  Oublier les investissements commerciaux et marketing

« Nous avons tout investi en recherche et développement et nous ne pouvons plus investir dans notre développement commercial, il va falloir faire avec un budget très limité… ». Combien de fois avons-nous entendu cette phrase ? … Trop souvent !

Le développement commercial d’une innovation nécessite un investissement qui peut représenter de 60 à 100% du montant investi en R&D. Les sociétés qui réussissent sont donc celles qui anticipent ou qui intègrent la fonction commerciale dès le démarrage de leur activité.

4. Ne pas mettre le client au cœur de sa réflexion

Certaines start-ups se focalisent uniquement sur leurs travaux de recherche et développement technologiques, ce qui est une bonne chose dans certains cas. Néanmoins et de manière générale, omettre de mettre le client au cœur de ces travaux débouche bien souvent sur des innovations, des services ou des produits, certes très intéressants d’un point de vue technique, mais malheureusement inadaptés au marché.

L’empathie CLIENT et la résolution de problématiques MARCHES par l’innovation et la technique devraient donc être des pré-requis indispensables au lancement de toute Start-up.

5. Attendre que le produit soit fini pour le mettre sur le marché

Trop de start-ups attendent de finir leurs solutions pour les mettre sur le marché. Pour eux, il faut que la solution soit parfaite, qu’elle comprenne toutes les fonctionnalités possibles et imaginables. Malheureusement, la perfection n’existe pas et attendre qu’une solution soit parfaite pour la lancer sur le marché provoque de nombreux effets pervers (absence de retours « terrain », perte de temps, dépenses en R&D inutiles, etc).

A contrario et contrairement aux idées reçues, lancer une offre sans qu’elle soit aboutie a de nombreux intérêts, sous réserve bien évidemment de mettre en place un discours et une démarche commerciale  construites en conséquence auprès de son marché.

Par exemple, mettre sur le marché son offre rapidement permet de :

  • Créer une communauté d’utilisateurs et de clients autour de son projet ;
  • Vérifier l’appétence de son marché ;
  • Obtenir des informations MARCHES pour adapter sa R&D ;
  • Tester ses discours commerciaux et son modèle économique ;
  • Adapter son organisation au fur et à mesure de son développement ;
  • Absorber progressivement sa montée en charge de production/clients/ etc.
  • Etc.

Cette démarche de mise sur le marché rapide, lorsqu’elle est réalisée de manière intelligente, est une arme redoutable pour toutes les Start-ups qui souhaitent trouver leur audience et leur marché.


En conclusion, si vous êtes une start-up ou si vous avez un projet de start-up et que vous vous reconnaissez dans ces points, sachez qu’il n’est pas trop tard pour adapter votre stratégie et ré-orienter votre organisation pour servir vos enjeux de développement. Pour cela, évitez de réaliser de telles erreurs et suivez le conseil suivant: PENSEZ CLIENT.

  Crédits photo: Photos Libres
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 795 autres abonnés